Bien et mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bien et mal

Message par jean ghislain le 24/11/2011, 11:33

D’où vient la distinction de bien et mal? Chez ``l’homme civilisé``, nous disent les moralistes, cette distinction se développerait naturellement, de façon utilitaire par une régulation nécessaire des mœurs qui a dû faire ses preuves, et qui énonce alors des bonnes façons de se comporter, règles transmises et augmentées au fur des générations. Mais Nietzsche remarque que c’est souvent l’autre qui prime sur l’intérêt de chacun. Bizarrement, il faudrait qu’en pensant à l’autre, on pense forcément à soi. Belle promesse! Les moralistes louent ainsi un présupposé fondamental: ce n’est pas bien de voir son propre intérêt, là où les autres, les règles des autres, les lois, somme-toute la morale, s’opposent. Il faudrait s’effacer et développer une qualité: à savoir, tout simplement agir de façon désintéressé.


«A l’origine, décrètent-ils [les moralistes] , les actions désintéressées ont été louées et appelées bonnes par ceux en faveur de qui elles avaient été accomplies, par conséquent par ceux à qui elles étaient utiles. Plus tard, oubliant la provenance de l’éloge, on a simplement ressenti comme bonnes les actions non égoïstes parce qu’elles avaient été par habitude toujours louées comme telles, comme si elles étaient quelque chose de bon en soi» Nietzsche
Nous avons donc vu comment les moralistes justifient la morale. Redécouvrons par quels discours ils ont eu prise. Nietzsche nous rappelle les jugements que l’on retrouve dans la x.
« [La religion judéo-chrétienne] affirmant: les misérables seuls sont les bons; les pauvres, les impuissants, les hommes bas seuls sont les bons; les souffrants, les nécessiteux, les malades, les difformes sont aussi les seuls pieux, les seuls bénis des dieux, pour eux seuls il y a une félicité; tandis que vous, les nobles et les puissants, vous êtes de toute éternité les méchants, les cruels, les lubriques, les insatiables, les impies, vous serez éternellement aussi les réprouvés, les maudits et les damnés» Nietzsche
On voit une nette séparation entre ceux qui sont du côté de la tradition et les autres. Relevons cette étrangeté: par quels jeux de malchance les nobles et les puissants sont les plus à plaindre, alors que les moins bien-lotis auraient la félicité?

jean ghislain

Messages : 44
Date d'inscription : 26/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://philosophie.leforum.eu/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum